Bruits de cockpit

L'aviation européenne et ses bruits de couloir.

Ryanair a mis en place une nouvelle structure irlandaise pour employer ses pilotes allemands. Celle-ci prendra le relais de Brookfield Aviation, sous-traitant sous le coup d’une enquête judiciaire conjointe de l’Allemagne et l’Angleterre.

Les péripéties germaniques de Ryanair n’en finissent plus.

La compagnie avait déjà reçu la visite de la police allemande cet été, qui avait perquisitionné simultanément jusqu’à six bases du transporteur. La presse allemande avait ainsi relayé à foison les longues heures d’entretien des pilotes et des employés de Ryanair avec les enquêteurs, qui cherchaient à déterminer s’il y avait eu fraude de la part de la compagnie irlandaise.

La compagnie avait immédiatement coopéré, en délestant toute la faute sur ses deux sous-traitants britanniques, Brookfield Aviation et McGinley Aviation. Parallèlement, elle prenait aussi ses dispositions pour éviter un retour de bâton juridique trop violent, nous apprend l’Irish Times.

BlueSky Resources Ltd : le nouveau Brookfield de Ryanair ?

Les journalistes de l’Irish Times ont enquêté et se sont rendu compte que durant l’été, un mois après les perquisitions des enquêteurs allemands, la direction de Ryanair avait changé son approche.

Le 24 août 2016 naquit BlueSky Resources Ltd, une entreprise irlandaise naissait. Partageant la même adresse que CrewLink, le recruteur quasi-unique de Ryanair pour la partie hôtesse et steward, BlueSky Resources Ltd va employer les nouveaux pilotes pour des contrats de cinq ans, avec un prélèvement à la source.

Mais Ryanair a appris ses leçons, puisque contrairement aux contrats signés avec Brookfield Aviation, ceux signés avec BlueSky ont été pensés de façon à permettre aux pilotes allemands de cotiser en Allemagne pour leurs sécurités sociales. Les impôts en revanche iraient en Irlande, pays où il fait bon vivre pour les entreprises comme on le sait.

Mais ce contrat inquiète cependant Cockpit, le plus gros syndicat allemand de pilotes.

Le syndicat Cockpit tire la sonnette d’alarme

Les syndicats allemands ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée de la nouvelle venue BlueSky, alors même que celle-ci se voudrait en accord avec le fisc. La crainte est en effet grande que Ryanair se rachète une virginité avec cette nouvelle agence, et n’essaye de tirer un trait sur les enquêtes en cours.

Surtout, ils s’inquiètent de la nature même d’un contrat « remarquablement bien ficelé ». En effet, si les contrats ont été pensés pour respecter le droit allemand, ceux-ci sont toujours rattachés à la loi irlandaise. Ils ont donc invité tous les pilotes à se rapprocher d’un avocat spécialiste pour s’assurer que le contrat est bien respectueux du droit européen avant de signer.

Il a déjà été établi que les contrats BlueSky remplaceront les contrats de Brookfield Aviation et de McGinley – les contrats Brookfield prendront fin d’ici à décembre.

Brookfield Aviation : l’adresse renvoyait à un bar à tabac

En tout état de cause, ce changement de modèle n’arrête en rien les investigations menées par les polices britanniques et allemandes sur Brookfield Aviation.

L’entreprise anglaise, à l’identité trouble, a longtemps été suspectée d’être une coquille vide par les spécialistes du droit des travailleurs aériens. Dans un rapport de l’université de Gand sur les « formes atypiques d’emploi dans le transport aérien » commandé par la Commission européenne, Brookfield Aviation et Ryanair étaient déjà mentionnées pour leurs arrangements exotiques.

Une journaliste de Bloomberg était remonté jusqu’aux bureaux supposés de Brookfield Aviation qui se situait… juste au-dessus d’un bar-tabac anglais.

Le siège de Brookfield Aviation, sous-traitant RH de la compagnie aérienne qui transporte le plus de passagers au monde. (Photographe: TOm Hall/Bloomberg)
Le siège de Brookfield Aviation, sous-traitant RH de la compagnie aérienne qui transporte le plus de passagers au monde. (Photographe: TOm Hall/Bloomberg)

 

 

Author :
Print

Laisser un commentaire